Prenons nos responsabilités !

Publié le par Gérard PIEL

Pétition à signer en ligne

"Nous sommes des militants. Certains d’entre nous sont adhérents du PCF, d’autres du PG, d’autres encore sont des citoyens engagés dans la construction du Front de Gauche.
Nous sommes porteurs d’espoir, de colère, d’engagement, de diversité, de volonté d’en finir avec l’austérité, d’enfin pouvoir permettre le changement dans un pays, une Europe, un monde qui en ont plus besoin que jamais.
Depuis 2009 (pour d’autres depuis 2012), le Front de Gauche représente une perspective, un espoir de parvenir à rendre nos engagements, nos combats lisibles et utiles. Face à la droite, à l’extrême-droite qui viennent de remporter les municipales et face à la nomination de Manuel Valls comme premier ministre, nous avons une responsabilité majeure.
Les dernières européennes, les régionales, les cantonales et les élections présidentielles et législatives ont été de belles batailles grâce à l’ouverture du Front de Gauche, grâce à sa capacité d’inclure des citoyens, des militants politiques associatifs et syndicaux.
Les 18 mars, 30 septembre, et bientôt le 12 avril dans la rue ont été et seront de beaux rendez-vous de soutien aux luttes.
Le front de gauche est à la fois notre acquis et notre perspective. Et alors que les négociations entre les différentes composantes achoppent pour d’obscures préoccupations de postes et de places, nous voulons signifier à nos directions nationales que nous n’accepterions pas un échec à construire des listes d’union du Front de Gauche pour les prochaines européennes. Les stratégies diverses que nous avons adopté lors des municipales, n’ayant aucune cohérence au niveau national, ont rencontré un échec cuisant malgré quelques belles réussites locales. Il est de notre responsabilité d’éviter une nouvelle cacophonie. D’autant que ces élections européennes sont l’occasion d’inverser le rapport de force à gauche en France et en Europe avec notamment l’engagement de la candidature d’Alexis Tsipras à la tête de la commission européenne.
Toutes nos composantes sont essentielles. Sans elles pas de mouvement, pas de perspectives, pas de moyens et de forces aussi, mais leurs directions nationales ne doivent pas confisquer le débat.
Ce qui fait l’autre force du Front de gauche, ce sont les citoyen-ne-s qui gravitent à l’intérieur et autour et ce sont aussi les militants de chacune des composantes. Ils doivent pouvoir s’exprimer et décider, et ils ne doivent pas être pris en otage par d’obscurs débats d’un autre temps.
Pierre, Jean-Luc, Clémentine et les autres, il est temps d’ouvrir les discussions sur l’avenir du front de gauche avec tous. Alors que la nomination de Valls menace une fois de plus notre peuple, nous avons la responsabilité de trouver ensemble des solutions.
Le nombre de chef de file par région par composante importe peu, et s’il devient un point de blocage, alors choisissons de n’avoir que de simples citoyens comme chef de file !
Et immédiatement après avoir lancé ces listes, utilisons la campagne des européennes pour engager, dans les assemblées citoyennes, c’est-à-dire à l’endroit où pèse le moins la sclérose des partis, à l’endroit où d’ailleurs leur apport pourrait témoigner de leur utilité, le débat sur l’avenir du front de gauche pour les rendez-vous électoraux comme pour le développement des luttes et du débat d’idées.
Nous espérons que vous entendrez cet appel, parce que finalement, sans nous, Pierre, Jean-Luc et Clémentine, vous n’êtes rien."

Commenter cet article

jps 07/04/2014 12:58

tout a fait ok
Place au peuple, arriére les appareils