Valls, le servile de service

Publié le par Gérard PIEL


Au foot, le bon sens populaire veut que l’on ne change pas une équipe qui gagne. Avec ce gouvernement Hollande fait la démonstration du contraire. Après avoir interverti quelques ministres et nommé un nouveau premier ministre, l’autre étant usé jusqu’à la corde, il donne consigne de continuer et même d’accentuer sa politique libérale initiée par le Medef. C’est cela que Valls est venu expliquer après le Conseil des ministres où Gattaz est omniprésent.


Valls va plus loin que Sarkozy, il prend dans les poches de la grande masse du peuple y compris les plus pauvres en bloquant la revalorisation du RSA, en bloquant les retraites, en gelant encore le point d’indice des fonctionnaires, en infligeant une purge aux assurés sociaux, en continuant de supprimer des milliers d’emplois de fonctionnaires, en démantelant les collectivités territoriales… bref, 50 milliards pris dans la poche des faibles alors que sa servilité à l’égard des grandes fortunes est totale. Rien n’a été annoncé, même pas une petite augmentation de l’impôt sur les grandes fortunes dont les 500 plus fortes ont augmenté de 28% en 2013 !


50 milliards, alors que les cadeaux aux patrons avec le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) est de 30 milliards dont 3 milliards pour la grande distribution, et là pas de rabot, pas de gel.


Austérité puissance 10 !

Ni Valls, ni Montebourg, ni Sapin n’ont fait face à Merkel ou à la Commission européenne. Ce sont eux les patrons, eux et le MEDEF !


Que reste-t-il de social dans ce fatras libéral ?


Il aura fallu cette déclaration de guerre au peuple pour que des députés socialistes réagissent. Pourtant, certains d’entre eux ont voté la confiance il y a une semaine. Aujourd’hui ils sont atterrés et je les comprends.


Je sais qu’il n’est pas facile de critiquer des élus, des ministres de son propre parti mais il faut se rendre à l’évidence, il n’y a rien de socialiste dans ces mesures, rien de socialiste dans cette cure d’austérité. C’est une politique de droite inspirée par le MEDEF !

Alors, résistance et unité de la gauche, la vraie !

Commenter cet article