Le désastre de la politique du logement

Publié le par Gérard PIEL

Le désastre de la politique du logement

2014 sera la pire année en matière de logement y compris de logement social.

67 000 ventes de logements sont prévues en 2014.

On revient au niveau de 1992 où il y avait eu 62 300 ventes de logements en France mais les besoins étaient évidemment moins importants au siècle dernier.

- François Hollande avait promis 150 000 constructions de logements sociaux par an pendant son mandat. En deux ans, nous avons tout juste dépassé 120 000 soit 60 000 par an !

- Les aides APL et ALS que François Hollande avait promis de revalorisée sont bloquées depuis deux ans. Pire, la fin de la rétroactivité des APL décidée par Sarkozy et contre laquelle s’était battue le PS promettant de l’annuler dès l’élection d’une majorité à l’Assemblée nationale, est toujours en place, gain pour l’Etat 300 millions d’euros pris dans les poches des locataires les plus modestes.

- Autre promesse vite oubliée, le doublement du taux du Livret A qui devait être effectif le 1er janvier 2013 et qui n’a été augmenté que de 50%. Le Livret A sert à financer les constructions de logements sociaux. Depuis 2009 grâce à Sarkozy, les banques peuvent bénéficier du pactole du Livret A. Elles ont ainsi déjà capté 100 milliards d’euros.

A cette époque, le PS avait refusé cette mesure. Lisez l’intervention des députés socialistes à l’Assemblée, on aurait dit du Jaurès ! Mais depuis l’élection de François Hollande, les banques continuent de se gaver sans que cela ne pose problème ni au président de la République ni au 1er ministre, ni à un seul député PS ou EELV !?

- Par contre, le doublement du taux de la TVA sur les travaux dans les logements (5% sous Sarkozy, 10% sous Hollande) y compris pour les HLM, a freiné considérablement les rénovations et réhabilitations des logements, en particulier dans les copropriétés des années 60 où les familles n’ont pas les moyens de payer pour remettre en état les logements.

Voilà quelques éléments complémentaires à ajouter à la trahison concernant la suppression des expulsions locatives ou les effets d’annonce non suivie concernant la mise à disposition du foncier public (état, collectivités) pour la construction de logements sociaux afin de respecter la loi SRU. Madame Duflot n’est plus ministre du logement mais le scandale est toujours bien présent.

Publié dans Logement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article