La semaine de François Hollande

Publié le par Gérard PIEL

Weekend anniversaire du débarquement de Normandie.

Dans le rôle de Monsieur Loyal, le président excelle, dînant avec Obama, soupant avec Poutine, promenant la reine d'Angleterre. Il fait illusion y compris sur la fin de la guerre en Ukraine. Une semaine a passé et les massacres continuent.

Dans le même temps, l'Association des Maires de France dénonce "le projet d'élections au suffrage universel direct des élus communaux qui conduiront à dissoudre les communes".

Lundi 9 juin

François Hollande, participant aux cérémonies célébrant la mémoire des Martyrs de Tulle assassinés par la division Das Reich, a tenu des propos d'une platitude consternante. Mais comment célébrer le martyr de ceux qui se battaient pour un monde meilleur avec comme phare le programme du CNR alors que l'on impose une politique d'austérité totale ? Le même jour, Sylvie Andrieux, député de Marseille et soutien du 1er jour du candidat Hollande, accusée de détournement de fonds voit une peine de 3 ans de prison dont 2 avec sursis requise par le Procureur de la République.

Mardi 10 juin

Les cheminots déposent un préavis de grève. Les intermittents accélèrent leur mouvement. Les gardiens de prison débutent le leur. Les taxis se préparent pour le lendemain. Certains députés socialistes refusent de voter le plan de rigueur.

Mercredi 11 juin

Mobilisation massive des cheminots mais aussi des taxis, François Hollande s'en moque, il a un scooter !

Le président recrute Laurence Boone transférée de la Banque Of America à l'Elysée, le MEDEF jubile. Mme Boone était économiste en chef, elle devient conseillère en chef du président. Ainsi, le libéralisme pur et dur est au plus près des décisions.

Jeudi 14 juin

Hollande continue son ouverture à droite avec un poste pour Jacques Toubon, celui de défenseur des droits. Décidément, François Hollande a le don de choisir ce qui se fait de pire! Toubon dont je rappelle les accointances anciennes avec les promoteurs d'Isola 2000, a surtout voté contre l'abolition de la peine de mort et s'est opposé à la dépénalisation de l'homosexualité. ça c'était en tant que député, en tant que ministre il a œuvré pour amnistier les commandos anti-IVG qui sévissaient dans les années 90 tout en déclarant que "le harcèlement sexuel doit resté en dehors du champs pénal", "les femmes doivent éviter de provoquer". Un humaniste, non ?

Vendredi 15 juin

Le conseiller spécial du président Faouzi Lamdaoui a été entendu par la police concernant un éventuel recel d'abus de biens sociaux et fraude fiscal.

Commenter cet article