Transition énergétique, la belle arnaque !

Publié le par Gérard PIEL

Transition énergétique, la belle arnaque !

Ségolène Royal a présenté en Conseil des ministres son projet de loi qui devrait être débattu à l’Assemblée nationale en octobre. L’objectif de diminuer par deux nos consommation d’énergie d’ici 2050 est réaffirmé.

Cette perspective est insoutenable et incohérente quand on connait les prévisions démographiques qui fixent à 70 millions le nombre d’habitants de notre pays.

Autre sujet d’inquiétude, le droit à l’énergie pour tous qui n’est pas respecté actuellement et qui risque de s’aggraver.

2nde affirmation, la baisse massive des gaz à effet de serre (GES), ce qui est effectivement un objectif à atteindre mais comment faire si, dans le même temps, on réduit la part de l’électricité nucléaire dans le mix énergétique ? D’autant que le transport (1er secteur émetteur de GES) n’est évoqué dans ce projet qu’à travers le développement des véhicules électriques. Rien sur le développement des transports collectifs, rien sur le fret ferroviaire !?

Concernant la proposition de « chèque énergie » pour lutter contre la précarité énergétique, cela pourrait être une avancée sauf qu’elle est concomitante avec la suppression des tarifs sociaux.

Enfin, au détour d’un paragraphe apparaît le cadeau fait aux grands groupes : l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques par une privatisation pure et simple. On fait cadeau de ce qui est une réussite énergétique de notre pays payée par l’ensemble des Français. Les barrages risquent de se retrouver aussi dans le giron de Suez, Veolia, Vinci et les autres. Comment claironner que l’eau est un bien commun de l’humanité, que c’est un droit universel, et confier l’hydroélectricité aux groupes rapaces ?

Nous voyons ce qu’ils sont capables de faire avec l’éolien ou le photovoltaïque qui ne subsistent que grâce à l’argent public.

Refusons de brader ces équipements appartenant à la nation !

Une vraie politique énergétique passe au contraire par le renforcement du secteur public !

Commenter cet article