Après la réunion du Front de Gauche

Publié le par Gérard PIEL

Après la réunion du Front de Gauche

Au-delà du communiqué commun des partis qui composent le Front de Gauche, la journée du 6 septembre restera comme un moment de recherche d’unité. Nous étions loin, très loin de la Rochelle, nous étions bien loin des pitoyables évènements (Charge de Trierweiler, affaire Thevenoud) qui l’ont précédés.

Non seulement le Front de Gauche doit proposer une alternative, ouvrir des perspectives mais aussi faire la différence sur la morale politique. Il est vrai que cela n’existe plus pour celles et ceux qui se sont accaparé le pouvoir depuis dix ans, ni les hiérarques du FN dont les premières décisions prises par les maires d’extrême-droite démontrent toutes leurs nocivités.

Ceci dit, pour ce qui concerne le Front de Gauche, nous sommes loin du compte de la re-mobilisation, de la construction commune, du rassemblement. Le rassemblement qui ne doit pas s’arrêter aux seuls partis qui composent notre mouvement.

Il y a des milliers de femmes et d’hommes qui sont en attente de pouvoir participer, dire ce qu’ils pensent, construire. Ils sont tout autant à être déçus, en colère, face aux errements libéraux du pouvoir.

Arrêtons de nous poser des questions sur les intégrations, sur leur participation au Front de Gauche, ouvrons les portes et les fenêtres de nos collectifs. Faisons en sorte qu’ils ne soient pas des supplétifs. Parmi les avantages, j’en trouve un plutôt intéressant, ils nous éviteront ce mano à mano PCF – PG (ou Mélenchon – Laurent).

Avec eux, regardons la construction de Nouvelle donne. En quelques mois ces anciens socialistes, Verts ou sans parti ont créé un nouveau parti dont le nombre d’adhérents est déjà conséquent. Leur base politique est proche de ce que nous portons. A la Fête de la mer, Philippe Mussi a expliqué ce qui les anime.

Regardons aussi ce qui se passe au PS, entre celles et ceux qui le quittent écœurés, sans bruit et les frondeurs. Il y a des militants de gauche qui ne souhaitent que « changer la vie »

Pareil chez EELV où c’est la base qui a obtenu que ses ministres quittent le gouvernement.

Ni les militants de Nouvelle donne ni les écologistes ni les socialistes n’adhéreront au Front de Gauche alors mettons en place les espaces mais aussi les thèmes de rassemblement.

Par exemple, sur le territoire de la CASA, les communistes antibois proposent une initiative de longue durée pour la gratuité des transports et un réseau Envibus qui réponde aux besoins de la population ; Cette campagne va se dérouler avec pétition, réunions, débats, rencontres chauffeurs de bus- usagers, etc.

Je suis persuadé que nos amis et camarades ont aussi des idées et des propositions. Nous devons être des facilitateurs des convergences.

Travailler ensemble ne doit pas empêcher, bien au contraire, de réfléchir ensemble et cela sans exclusivité. Quand je vois à Antibes – Juan les Pins l’inertie, pour ne pas dire plus, l’absence d’interventions dans les débats avec les grands problèmes comme sur ceux de proximité, des représentants du pouvoir, de l’UMP et même de l’extrême-droite dont 5 représentants squattent des sièges au conseil municipal.

Quand je vois la pauvreté des quelques blogs, de ces élus dont la plupart ont été arrêté le lendemain des élections, je me dis que la réflexion et l’action au plus près des gens doit payer, pour cela nous avons besoin du rassemblement le plus large.

Commenter cet article