Un huissier m'écrit ! Il ne sera pas déçu de ma réponse

Publié le par Gérard PIEL

Vous pouvez lire le courrier reçu d'un huissier de justice en PJ ainsi que ma réponse ci-dessous :

"

Monsieur,

Vous avez tenu à me faire part de votre indignation la plus totale devant, je vous cite, « les attaques répétées, gratuites et offensantes» du Premier Ministre et de certains membres du gouvernement.

Je dois dire que votre courrier ne manque pas de sel. Connaissez-vous le poème de Martin Niemöller qui commence ainsi :

« Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n'ai rien dit, Je n'étais pas communiste.

.../… Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait personne pour protester »

Je ne vous ai ni lu ni entendu quand les services publics étaient attaqués, EDF, GDF, La Poste, France Télécom, la SNCF, les hôpitaux, etc.

Je ne vous ai ni lu ni vu quand le gouvernement précédant allongeait l’âge de la retraite des salariés, quand il réduisait leurs droits sociaux, quand il expulsait les sans-papier ou les locataires en difficulté financière.

Je ne vous ai ni lu ni entendu quand les gouvernements successifs de François Hollande ont augmenté la TVA et les autres impôts, quand ils ont bloqué la revalorisation des retraites ou quand ils annonçaient l’ouverture des grandes surfaces le dimanche ou encore la réduction du nombre de fonctionnaires et des budgets des collectivités.

Je dois reconnaître que lire sous votre plume que vous êtes sacrifiés sur l’autel du libéralisme est assez savoureux.

Monsieur l’huissier, je croise régulièrement certains de vos collègues qui procèdent aux expulsions locatives, de vraies victimes du libéralisme, à part quelques exceptions, ils font cela avec professionnalisme et sans état d’âme. Certains, j’en suis persuadé, apprécient ces moments où protégés par la police, ils mettent à la rue les familles pauvres avec femmes et enfants. Un de vos confrères n’a d’ailleurs pas apprécié ma présence à une de ces opérations qui sont une véritable honte à l’humanité. J’ai donc été condamné pour outrage et je porte cette condamnation comme une décoration.

Vous voyez nous n’avons pas la même analyse et nous ne donnons pas la même signification aux mots : pacte républicain, voyous, rentiers, justice, défavorisés, etc. A l’origine votre profession était un véritable service public, je pense qu’il faut revenir à cette pratique comme pour d’autres services publics régaliens. Les huissiers devraient être des fonctionnaires d’état comme il en existe au trésor public ! Ainsi les citoyens ne seraient plus confrontés aux tarifs libres dont une étude de la revue Que Choisir a pointé les montants pratiqués sans retenue.

J’espère que mon courrier vous aura convaincu de mon attachement aux services publics et je vous prie de croire, Monsieur, en l’assurance de mes sentiments respectueux."

Commenter cet article

Gerard 19/09/2014 20:06

ils ont aussi écrit à l'UD :)