De quoi Macron est-il le nom ?

Publié le par Gérard PIEL

Certainement pas d’une gauche résistante, humaniste et solidaire. Le millionnaire encarté au PS (il n’est pas le seul) vient une nouvelle fois d’étaler toute sa morgue et son mépris. Paraphrasant Marie-Antoinette qui conseillait au peuple qui n’avait pas de pain de manger de la brioche, le banquier de Rothschild qui ne se déplace qu’en berline avec chauffeur a trouvé la solution pour que les pauvres voyagent, il veut multiplier les lignes d’autocars ! Je suis sûr que cette saillie a bien fait rire à Neuilly…

Petit Macron élevé dans la soie qui a découvert la classe ouvrière dans les livres et qui adhère au PS en fonction de son plan de carrière, ne sait pas que les pauvres ça ne voyagent pas, au mieux ils se déplacent dans le cadre de la flexibilité, de la mobilité et au pire ils émigrent.

Après les cadeaux fiscaux, les « j’aime l’entreprise » en toutes les langues, les insultes aux chômeurs, les hiérarques du pouvoir continuent sur les traces de Valls.

Comment peuvent-ils encore se référencer à la gauche ? Soit c’est par cynisme soit par calcul méprisant. Leur sale besogne, leur politique libérale est digne de Sarkozy et consort. Au lendemain d’une soi-disant loi sur la transition énergétique, Macro propose de multiplier les dessertes routières et autoroutières par autocars, polluants et dangereux, les déplacements en autocars sont comme les transports de fret en camion peu chers car les salariés font partie des plus exploités. Alors que sa collègue Ségolène Royal soliloque sur les autoroutes, Macron travaille à favoriser ses bons amis, Vinci et Eiffage.

Sait-il, le représentant du lobby bancaire au gouvernement qu’il existe une société nationale des Chemins de fer français qui subit depuis des années des coupes claires dans son budget, dont les salariés qui se nomment cheminots voient leur nombre se réduire chaque année ?

Sait-il que les conducteurs de train des Alpes-Maritimes viennent de gagner quelques emplois supplémentaires et que pour cela il a fallu faire grève ?

Sait-il, le thuriféraire de Thatcher et Schröder réunis, que certaines régions de France comme Provence Alpes Côte d’Azur ont mis en place des tarifs sociaux sur leurs TER jusqu’à la gratuité pour les jeunes ?

Macron, Valls, Hollande et leur clique gèrent la France pour le plus grand profit des forces de la finance que dénonçait François Hollande candidat. La trahison du peuple y compris des 4 millions d’électeurs du Front de Gauche prend toute sa réalité dans ces mesures égrenées jour après jour par ce pouvoir.

Il reste que celles et ceux qui les ont élus n’ont pas voté pour basculer dans le pire des libéralismes. Ils n’ont pas voté pour casser toutes les avancées sociales, pour saccager l’organisation démocratique de nos territoires. Ces gens-là n’ont rien à faire du peuple, pour le comprendre il n’y a qu’à les voir à l’œuvre.

Leur problème c’est que les citoyens ont encore le droite de vote, leur problème c’est que les travailleurs ont encore le droit de grève et de manifester, leur problème c’est que nous pouvons tous nous indignez et dire basta !

Que pense Macron ? Que pensent les militants socialistes du drame qui s’est produit hier à la Rochelle sous un gouvernement dit « de gauche » ? Un homme s’est pendu juste avant que l’huissier et la police ne forcent sa porte pour procéder à son expulsion.

Il fut un temps où les socialistes manifestaient avec nous contre les expulsions locatives, à l’époque Macron pantouflait chez Rothschild. Vont-ils continuer à soutenir ce pouvoir libéral ?

Commenter cet article