Après les élections, les chantiers de l’espoir

Publié le par Gérard PIEL

Après les élections, les chantiers de l’espoir

Les élections départementales auront permis de prendre la mesure du parti-pris de certains médias mais aussi des manipulations des instituts de sondage. La promotion du FN et de la famille Le Pen n’est pas prête de se terminer, on a pu le constater une nouvelle fois avec l’ignoble cacochyme et son faire-valoir de BFM ! Le racisme, la xénophobie, le révisionnisme, tout cela constitue la base où prospère le parti des Le Pen. Que celui-ci n’ait pas atteint ses objectifs, que le nombre de ses élus soit trois fois moindre que celui du PCF, que les mises en examen des dirigeants ou de ses sociétés croupions se multiplient, rien ne perturbe la pression médiatique.

François Hollande, Manuel Valls et leur gouvernement libéral portent une forte responsabilité dans cette évolution.

Les scores de l’UMP et du FN même si celui-ci n’est pas le 1er parti de France sont possible à cause de l’abstention massive de l’électorat de gauche. La désespérance, la colère des salariés, des retraités, de jeunes qui ont cru que le PS allait tenir ses engagements de campagne provoquent une quasi disparition des élus de gauche dans de nombreux départements. Le pire se trouve dans les propos de Valls le soir du 2nd tour où il déclare que rien ne va changer et qu’il va continuer avec Macron 2 et de nouveaux cadeaux aux patrons, aux rentiers et aux actionnaires. Ils sont pitoyables et cyniques à la fois.

Reconstruire la gauche est devenu une impérieuse nécessité, non comme le ahanent les responsables départementaux du PS dont l’analyse politique du moment présent est affligeante.

Les forces existent aujourd’hui, de la gauche du PS jusqu’au Front de Gauche, du PCF jusqu’à la grande majorité d’EELV, de Nouvelle Donne jusqu’à des syndicalistes et des militants associatifs pour créer un rassemblement majoritaire. Pour cela il faut mettre de côté les égos, les positions à géométrie variable ou les intermittents de la politique. Il faut que les Chantiers de l’espoir soient l’affaire de toutes et de tous, ne pensons pas que ce rassemblement se fera autour du Front de Gauche ou sans lui, cela est voué à l’échec.

Oublions les pratiques sectaires ou les petites manipulations, cela aussi est dépassé et n’est pas à la hauteur de notre ambition. Les Chantiers de l’espoir c’est la gauche, rien que la gauche mais toute la gauche.

Il faudra prendre le temps d’écouter les militants qui ont porté la campagne des départementales à bout de bras. Ils ont des choses à dire, une expérience à partager y compris avec celles et ceux qui avaient choisi de rester sur la touche et de compter les points, peut-être que ceux-ci auront l’obligeance de faire part de leur ressenti !

Puis il faudra travailler au contenu, aux propositions et là-aussi l’échange et le débat doivent être une obligation non pour imposer son point de vue mais bien pour élaborer ensemble.

Pour ma part, je vais utiliser ce blog pour vous proposer des pistes de réflexion, des propositions mais ça c’est pour les jours à venir !

Commenter cet article