Les Le Pen, les grippe-sous

Publié le par Gérard PIEL

Petit à petit la vraie nature de la famille Le Pen se révèle. On connaissait Harpagon, le vieillard avare, le bénéficiaire d’héritage contesté, celui qui mélangeait allègrement la trésorerie de son parti avec son argent de poche, on découvre maintenant la fille avare. Comme la fable de La Fontaine (à femme avare, galant escroc) Marine donne toute sa mesure avec son micro-parti « Jeanne », sorte de machine à sous où la famille gagne à tous les coups.

Gageons que la 3e génération saura mettre ses pas dans ceux de ses ainés.

Combien y-a-t ’il d’enquêtes sur les Le Pen, leur fric, leurs lingots, leurs pièces d’or ?

La justice va –t’elle mettre un terme à cette association familiale qui utilise la politique comme une machine à cash ?

Le cacochyme soupçonne-t-il tout le monde de vouloir le voler comme Harpagon ?

Alors disons avec son valet La Flèche « Que la peste soit de l’avarice et des avaricieux ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article