Goodyear : justice de classe

Publié le par Gérard PIEL

Goodyear : justice de classe

Une nouvelle fois, des salariés sont condamnés pour avoir défendu l'emploi et la dignité des travailleurs. Aujourd'hui, résister face à des patrons – voyous est un crime.

Comment peut-on proclamer la justice au nom du peuple français quand elle stigmatise ce même peuple ?

Il fut un temps où la justice était complice des pires abjections, où l'honneur des juges s'était perdu dans la honteuse collaboration. Et voici que des juges condamnent à des peines de prison des hommes qui ont défendu l'emploi et la pérennité de leurs entreprises !

Je ne doute pas que les prochaines réceptions du Lions Club ou du Rotary seront l'occasion pour la haute société de se congratuler, de se féliciter.

La justice est faible avec les puissants et dure avec les faibles.

Par exemple, c'est le procureur de la République de Grasse qui a classé sans suite les 40 procès-verbaux dressés par les inspecteurs de la Ville d'Antibes pour les infractions au Plan de prévention des risques d’inondation de la Brague et cela quelques mois avant la catastrophe meurtrière du 3 octobre !?

Décidément, scandaleuse !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article