Surfaces commerciales dans le 06, la frénésie

Publié le par Gérard PIEL

Ils sont comme ça les élus de droite, la crise, le chômage, la précarité, ils ignorent, ils méprisent. Eux ils veulent faire tourner la machine, de l'activité, des affaires, du business.

Après les années béton-plage qui ont abîmé notre littoral, après le béton-montagne qui a défiguré les Alpes, il y a eu le béton-bureaux qui a donné des millions de mètres carrés de friches à Sophia-Antipolis et dans le département. Et maintenant c'est la boulimie de projets commerciaux !

La finalité est la même, quelques grands groupes financiers donneurs d'ordres et des enseignes de la grande distribution qui vendent des produits alimentaires et manufacturés dont plus de 80 % viennent de pays lointains à la main d’œuvre juvénile et féminine très bon marché.

On pourrait penser que ces élus qui sont maires et la plupart du temps député ou sénateur sot alertés sur les risques accrus à toujours plus urbaniser, macadamiser, les inondations de plus en plus fréquentes, la pollution, etc.

On pourrait penser que les friches de bureaux, les milliers de logements vacants ralentiraient la bétonite aigu. Et bien non, aujourd'hui les « bâtisseurs » qui donnent le ton, Vinci, Bouygues, sont aux manettes et se gavent.

Notre département est réputé pour avoir des grands élus sensibles à cet essor, qui souhaitent que leur commune possède le plus beau, le plus grand centre commercial . Et oui, ils sont comme ça nos maires, ils ont de l'ambition

Dans le même temps, ces villes perdent des habitants qui n'ont plus les moyens d'y habiter mais ça, ce n'est pas important pour ces édiles.

Dans le même temps, le centre-ville se dévitalise, les vieilles villes sont accaparées par des personnes fortunées… Bof !

Les inondations se reproduisent de plus en plus souvent « que les gens apprennent la culture du risque », fini le principe de précaution.

Voilà comment le développement économique est pensé par ces élus et leurs amis de la CCI qui révèlent dans un document de 2014 : 470 000m2 de projets commerciaux de plus de 2 000m2, 28 créations de centres commerciaux, 11 extensions de centres commerciaux.

Je vais me contenter de détailler les projets sur la CASA :

4 204m2 Leclerc Vallauris, chemin de St Bernard sans aucune nouvelle infrastructure routière alors que la zone est déjà saturée. Une colline a été rasée à quelques dizaines de mètres d'une zone à risque d'inondations.

28 052m2 Business Resort Vallauris, juste à côté du Leclerc avec les mêmes inconvénients.

25 000m2 Carrefour Antibes, extension du magasin existant avec modification du réseau routier et autoroutier. En cinq ans 200 emplois ont été supprimés dans ce magasin.

6 800m2 Renault Antibes à 200m de Carrefour, extension du garage et création d'une galerie marchande.

5 378m2 Centre commercial Weisweller Antibes, en face Renault, plusieurs moyennes surfaces.

10 000m2 Leroy Merlin Vallauris, extension de l'existant, construction sur pilotis entre Carrefour et la zone des Clausonnes, au cœur du bassin versant de la Brague et ses affluents.

45 000m2 Les Clausonnes Sophia-Antipolis, plusieurs grandes surfaces, parking côté parc de la Valmasque, modification du réseau routier, à quelques mètres de la sortie d'autoroute, où 25 000 véhicules bouchonnent soir et matin.

3 500m2 Les Maurettes Villeneuve-Louvet à 50m d'Intermarché et Bricomarché qui sont restés fermés plusieurs mois à cause de la catastrophe du 3 octobre.

Projets commerciaux supérieurs à 2 000m2 - document CCI

Projets commerciaux supérieurs à 2 000m2 - document CCI

Projets commerciaux supérieurs à 2 000m2 à l'étude - Document CCI

Projets commerciaux supérieurs à 2 000m2 à l'étude - Document CCI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSTRIC 11/02/2016 15:06

De par mon activité au sein d'une association j'ai eu à refuser des travaux dans un local commercial qui allaient tout simplement empiéter sur le périmètre de sécurité d'un ouvrage conséquent souterrain, mon refus qui appuyait le refus d'une administration en a engendrait d'autres. LA réaction d'un des maire présent a été de m'interpeller et de me dire "vous vous rendez compte que en faisant cela, vous privez ma commune et les administrés de cette commune d'un capital financier énorme qui va priver notre commune de revenus substantiels conséquents. De qui se moque t'il , je ne peux pas en dire plus mais il préfère mettre en danger la vie de ses administrés, de la nature etc plutôt que de se priver de revenus fussent-ils aussi substantiels qu'il a bien voulu nous faire comprendre .