Une journée pour l'eau et 1 milliard d'humains qui n'ont pas accès !

Publié le par Gérard PIEL

Une journée pour l'eau et 1 milliard d'humains qui n'ont pas accès !

Le 22 mars s'est déroulée la 24e édition de la Journée mondiale de l'eau, pourtant ce bien commun de l'humanité est toujours inaccessible pour 1 milliard d'humains.

Chaque année, plus de trois millions d'enfants décèdent de sous nutrition, deux millions cent mille de ces décès sont liés à la mauvaise qualité de l'eau.

Un milliard huit cent mille personnes consomment une eau non potable.

Alors qu'il y a encore quelques années l'accès à l'eau se faisait d'abord par une approche sociale, aujourd'hui c'est une marchandise qui se gère de façon économique.

Les majors de l'eau comme Veolia ou Suez ont bien compris que la nouvelle donne politique et économique mondiale leur était favorable. Alors qu'elles ont subi des revers importants en Argentine, Bolivie ou au Kenya, elles repartent à l'assaut des pays du sud considérant que les profits seront plus importants là où l'eau est rare.

Mais pour l'instant elles sont encore en difficulté, 90 % des réseaux d'eau sont publics sur la planète. La France est une exception.

Il est grand temps de passer à une autre gouvernance de l'eau. Les forums mondiaux, à l'image de celui qui s'est déroulé à Marseille en 2012, font partis de la stratégie des grands groupes. Ce n'est pas là que la mauvaise qualité de l'eau, les économies de consommation et les coupures d'eau seront supprimées.

En France aussi l'inertie est la méthode choisie par ce gouvernement. Une proposition de loi a été déposée en 2013 pour traduire en droit français la résolution de l'ONU de 2010 qui valide le droit à l'eau pour tous. Ce texte n'est toujours pas présenté au vote des députés.

Pour terminer une bonne nouvelle, Veolia vient d'être condamné à payer une amende de 45 000 € par le tribunal d'Avignon pour réduction de débit de l'eau illégal !

Commenter cet article