Quatre mois de lutte

Publié le par Gérard PIEL

Quatre mois de lutte

Cela fait quatre mois que les syndicats et les mouvements de jeunesse ont décidé de refuser en bloc la loi travail. Ce texte souhaité par le Medef et la CFDT est une attaque sans précédent contre le Code du travail et les acquis sociaux gagnés de haute lutte.

La parodie de concertation n'a abusé personne, en tous les cas par les salariés premiers visés par la régression.

Alors que le climat social était morne, que la France sombrait dans la neurasthénie, que les cinq millions de chômeurs étaient dépassés, c'est une nouvelle fois les travailleurs qui ont remis le pays sur les rails de la résistance et des luttes.

Quatre mois de grèves, de manifestations, d'assemblées, de votes, de mobilisations autour de la CGT, avec des jeunes engagés dans le mouvement des Jeunes communistes, tout cela face à un pouvoir déconsidéré, à un président de la République qui a renié ses engagements, à un premier ministre qui rêve de liquider le PS ou ce qu'il en reste, des médias à la botte, des forces de l'ordre qui ont reçu l'ordre de matraquer sans discernement, des centaines de blessés, des centaines d'interpellés et pourtant, on est toujours là !

Mais quand Hollande et sa clique arrêteront-ils d'infliger au pays sa purge libérale ? Ils croyaient s'en sortir avec l'Euro, raté !

Raté comme cette simili fête du foot qui n'est en réalité que la fête du fric, de la violence et de la haine.

Ils misent sur la droite sénatoriale pour durcir le texte et se redorer le blason. Ils oublient les sénateurs communistes qui vont mener le combat dans l'hémicycle. Et s'il y avait plus de parlementaires de gauche qui ne renient pas leurs engagements et ne crachent pas sur leurs électeurs, il y aurait peut-être une autre écoute, plus attentive.

A méditer.

Commenter cet article