Camarades : votez

Publié le par Gérard PIEL

Dans quelques jours, les communistes vont choisir entre deux options. Ils peuvent décider un replis sectaire qui serait mortifère pour la gauche mais surtout pour le peuple. Ce choix dit n°2 permettant un retrait du candidat pour une hypothétique surprise sortie de la primaire du PS. Sectaire à la présidentielle mais à géométrie variable pour les élections locales, régionales…

Ils peuvent choisir, et c’est mon choix, de soutenir Jean-Luc Mélenchon. Je ne suis pas un adorateur béat du candidat 2012 du Front de Gauche à qui je reproche, comme au PCF, d’avoir mis entre parenthèse le Front de Gauche. Mais regardons le paysage social, économique, démocratique et écologique : la droite de Hollande, Valls, Macron jusqu’à Juppé et Sarkozy a pendant dix ans donné libre-cours à sa politique libérale, si cela ne vous suffit pas comptez sur Le Pen et les fachos pour ajouter à la catastrophe.

Alors oui, Jean-Luc Mélenchon n’est pas communiste, il ne l’était pas en 2012 et de nombreux camarades ont déjà fait le choix des Insoumis, ce que je ne partage pas.

C’est bien le PCF avec ses militants, son organisation, ses valeurs, ses élus qui doit soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon avec qui nous partageons plus que l’essentiel. Il est bien tard pour entrer en campagne mais en mêlant présidentielle et législatives, nous pouvons apporter une force décisive afin de contrecarrer la catastrophe annoncée d’un deuxième tour, droite – extrême droite.

Ce choix laisse la porte ouverte aux déçus de la clique de Hollande, militants du PS compris, alors votez camarades pour l’option n°1 parce que vous êtes communistes !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSTRIC 18/11/2016 14:14

Je partage tout ce que notez dans votre message ci-dessus pour au moins deux raisons la première c'est que la direction du PCF ne voit que par la direction du PS et ce dernier à trop fait de mal à LA FRANCE et à nous ses habitants (c'est pas du Fhaine que je fais ) mais il y a eu beaucoup trop de choses pour en arriver à la loi travail, la seconde c'est que le PCF tarde parce qu'il n'est toujours sorti du chapeau et que Jean Luc Mélanchon, lui est dans la course depuis longtemps et continu à attirer du monde alors je pense que ma décision est prise et puis si nous sommes plus nombreux nous risquons d'en dépasser pas mal et pourquoi pas se retrouver assez haut pour espérer être les premiers