Et maintenant, que fait-on ?

Publié le par Gérard PIEL

Je lis, d’ici de là, les posts énervés de quelques camarades ou de pseudos bien utiles, qui rejettent le vote des adhérents du PCF. Alors que pendant des années, les votes internes ressemblaient aux simulacres soviétiques, je trouve que ce résultat est une avancée démocratique. Reste qu’il va falloir reprendre ou continuer sur le chemin commun pour faire face à la droite et à son extrême et en finir avec le social-libéralisme.
Je lis « je me mets en congé du parti »… et pendant ce temps, Fillon vient d’être désigné pour porter ça :

  • Suppression de l’ISF
  • La retraite à 65 ans
  • La disparition de la Sécurité sociale
  • Suppression de 500 000 fonctionnaires
  • Abolition de la durée légale du travail
  • Augmentation massive de la TVA
  • etc.…

Rester chez soi et regarder la campagne à la télé ou sur Face Book, c’est être complice de cela.

Rien n’est fait !

Avec la mobilisation des communistes,la candidature de Mélenchon peut être un outil décisif pour faire échouer la catastrophe annoncée.

Avec les candidatures de Macro et Pinel et peut-être Bayrou, l’émiettement des voix de la droite et du centre est probable.

Quant au délitement du PS pris dans une guerre interne où les questions de personnes priment sur le fond (quel fond?) faisons-leur confiance pour écœurer les derniers militants de gauche qui sont encore encartés.

Hier soir, le patronat, les ultra-libéraux ont choisi Fillon mais, au même moment, les communistes de Rouvroy, commune du Nord qui jouxte Hénin-Beaumont, ont mis la raclée aux fachos du FN dans une élection municipale partielle. Rien n’est écrit à l’avance et notre mobilisation va compter pour les élections présidentielle et législatives !

Commenter cet article