De la bienveillance...

Publié le par Gérard PIEL

Depuis quelques temps, la bienveillance est mise à toutes les sauces. Nous sommes bien loin de "la disposition favorable de la volonté", définition du Littré. Est-ce que nos camarades de la Roya et de la Bévéra sont bienveillants ? Autant, on peut on peut définir la posture de Ciotti et autre Valls, autant les habitants solidaires ne sont bienveillants que par le respect de la fraternité entre humains. Mercredi après-midi, j'ai partagé avec d'autres privilégiés trois heures du temps d'Ernest Pignon-Ernest. Celui-ci nous a fait l'honneur et le plaisir de nous présenter son travail exposé actuellement au Mamac de Nice. Je n'étais pas le seul néophyte à admirer ses collages, il a su les rendre accessibles comme le sont ses œuvres, avec quelques mots. Bienveillance des mots et de l'artiste !

Mes années d'élu n'ont pas été l'entrée la plus facile pour la bienveillance. En 1992, quand j'ai été élu conseiller régional, il y avait dans l'hémicycle Tapie, Le Pen, Guerini, Bernardini...et d'autres ...croyez-moi quand vous affrontez cette engeance cela ne privilégie pas la bienveillance, ça tanne le cuir, ça durcit la réflexion et quelques fois ça l'empêche. Et pourtant il fallait répondre et surtout pas sur leur terrain. Cela n'a pas été toujours facile : Tapie venant nous insulter et annoncer que les socialistes allaient voter à droite dans la cantonale de Puget Théniers, Le Pen me traitant de sale coco après avoir été réveillé en sursaut de sa sieste plénière, Muselier me menaçant du tribunal parce que j'avais défendu Cesare Battisti, Guerini m'appelant le petit con du 06, bref, tout cela n'amène pas directement à la bienveillance.

Pourtant je l'ai rencontré dans les convictions de Louis Fiori et de beaucoup de militants, je l'ai croisé dans nos batailles pour le Droit au logement pour tous, dans les fêtes du PCF, du Château à la fête de l'Huma, dans la solidarité syndicale : la SOMA, les Jardins du Ponteil, les facteurs, les hospitaliers, les mineurs de Gardanne, les Moulins de Maurel, Nice-Matin, les Fralib ... En face, à chaque fois, un patronat arrogant, méprisant. Je pourrais raconter les réunions du Comité central d'entreprise de Carrefour ou le Conseil d'administration des Charbonnages de France et même, certains conseils d'administration de lycées dont les proviseurs se prenaient pour des patrons. Cela aussi n'engendrait pas la bienveillance.

Ce mot, comme tous les mots à la mode, est détourné de sa définition première pour être collé sur toutes sortes de situation.

Je dis cela car je viens de lire dans la presse bienpensante :"la présidence Hollande aura été celle de la bienveillance".

Bienveillant le chef de guerre qui sème la mort et efface l'espoir au Moyen-Orient ?

Qui a laissé tomber le peuple Palestinien ?

Qui n'a pas amnistié les salariés condamnés ?

Qui désespère Jacqueline Sauvage et ses soutiens ?

Qui a servi le patronat et la finance ?
Qui bafoue la liberté, l'égalité et la fraternité en maltraitant les réfugiés ?

J'arrête là mais la liste est encore longue, on ne peut pas être bienveillant et hypocrite, bienveillant et traitre, bienveillant et lâche, bienveillant et menteur...

BONNES FETES DE FIN D'ANNEE !

 

 

Commenter cet article