Des prisons plutôt que des accueils de nuit !

Publié le par Gérard PIEL

Le préfet des Alpes-Maritimes dont on connaît l'humanité et le sens de l'intérêt général, vient de prendre une décision empreinte de bienveillance : la création de trois prisons dans les Alpes-Maritimes,        1 000 places supplémentaires.

On ne peut que constater le zèle du représentant de l'état à appliquer la politique sécuritaire du gouvernement, chasse aux réfugiés y compris les mineurs en contradiction avec les règles européennes et le respect de tout être humain, stigmatisation des citoyens solidaires considérés comme de vulgaires hors-la-loi et mépris des élus qui portent des solutions qui ne répondent pas à l'idéologie des Ciotti et autre Estrosi.

Le préfet a décidé de communiquer sur l'expansion carcérale dans notre département le jour même où des records de froid ont été battus. Il ne dit rien concernant les communes qui ne respectent pas la loi qui oblige à créer des accueils de nuit ! Dans les Alpes-Maritimes, seul Antibes, Nice, Cannes, Grasse et Cagnes sur Mer disposent de places, en nombre très insuffisant et souvent gérées par des associations.

Alors que des alertes "grand froid" étaient émises par les média, aucun espace public n'a été ouvert dans les communes hors-la-loi, ni dans celles qui ne disposent pas de places en nombre suffisant.

C'est bien de la responsabilité de l'état et de son représentant.

Mais celui-ci ne peut pas tout faire, il y a des priorités, la chasse aux citoyens solidaires !

Faudra-t-il commettre un délit pour être emprisonné au chaud, plutôt que de mourir de froid et de misère ? Voilà l'alternative ici, sur la Côte d'azur, où hier, un voyou a subtilisé 15 millions d'euros de bijoux dans une ville ultra-sécurisée de Cannes ! Ici, le fric coule à flot dans les ports, aux Cap d'Antibes et Ferrat, etc... Ici, on meurt sous un porche dans l'indifférence des pouvoirs publics, ici, des gens vivent dans des cabanes, des voitures, des caves, des garages..., ici, l'état est absent.

Commenter cet article