La chasse au Jadot est ouverte

Publié le par Gérard PIEL

Après l'acadabrantesque épisode du 1er tour de la primaire du PS, on peut s'attendre à tout. L'élasticité des chiffres de la participation ne voulant rien dire, Valls et Hamon ont leur chance.

En prévision de l'élection présidentielle, la vraie, la pêche à l'électorat résiduel écolo est lancée. Peu m'importe que les deux impétrants du PS fassent assaut de promesses écologistes dont on peut se demander pourquoi ils n'ont pas mis en place le cadre de la transition écologiste.

Ce qui me gène, c'est que mon candidat, celui pour qui je fais campagne Jean-Luc Mélenchon se méle à cette surenchère. "La sortie planifiée du nucléaire sur 25 ans" "100% d'énergies renouvelables dans le même délai" "Le mix énergétique est un leurre". Désolé, mais ce n'est pas en assénant ce genre de phrases toutes faites que l'on peut convaincre les citoyens, ni ouvrir le débat. A moins que ce que dit Jean-Luc Mélenchon n'est pas contestable. Il me manque des niveaux d'implication.

- Sortir du nucléaire doit-il, comme en Allemagne, permettre de relancer les centrales thermiques à charbon ? En important du combustible d'Afrique ou d'Asie ?

- Que fait-on d'ITER ? Et accessoirement des déchets nucléaires ?

- Le 100% renouvelable sera 100% public ou privé ?

- Que font-on du grand service public de l'énergie ?

- Comment maintenir la péréquation des tarifs électrique et gaz ?

- Quelle priorité, en finir avec les énergies fossiles ou en finir avec le nucléaire ou les deux à la  fois ?

- Sur cette question qui me semble de première importance, pourquoi abandonner la consultation populaire par referendum ?

Le péremptoire, les vérités toutes faites ne remplaceront jamais le débat et la construction collective sur cette question aussi !

Commenter cet article