Mort naturelle

Publié le par Gérard PIEL

Un SDF est décédé à St Laurent du Var.Il passait ses nuits dans les parties communes d'un immeuble. 40 ans, c'est l'âge limite de l'espérance de vie pour les SDF. Nice-Matin ne donne pas son nom et nous apprend que les causes de sa mort sont inconnues.

Je me risque, peut-être la misère, le froid ?

St Laurent du Var, comme la plupart des communes de la Côte d'Azur, ne dispose pas de centre d'accueil pour les SDF. Comme la plupart des villes de la Côte d'Azur, St Laurent du Var est dirigée par la droite.

Rassurons-nous, Madame Cosse, en caution écologiste du gouvernement libéral, a déclaré que "cet hiver n'était pas pire que les autres." Bon, le Fédération des Acteurs de la Solidarité (FNARS) déclare que "c'est le pire hiver pour le 115." La même fédération a fixé à 850€ le minimum pour une personne, pour vivre dignement. C'est vrai que le président de la FNARS n'est autre que le "gauchiste" Louis Gallois, ancien de la SNCF et d'Airbus.

En 2016, 454 personnes "SDF" sont mortes dans la rue. Cela, c'est le nombre connu mais ils sont certainement beaucoup plus nombreux à mourir parce que sans domicile dans un pays où des milliers de logements sont vacants, parce que salariés pauvres dans un pays où la plupart des grands patrons gagnent en 3 jours ce que gagnera un Smicard en 1 an, parce qu'ils ne peuvent pas se soigner, parce qu'ils sont stigmatisés...

Hollande a vite renoncé, mais a-t-il jamais pensé à lutter contre la finance ? Aujourd'hui 9 millions de pauvres minimum dans notre pays, celui des Droits de l'Homme et des fortunes qui se construisent avec fraudes et optimisations fiscales. On est loin, très loin des Droits de l'Homme !

La permanence du mardi à la section d'Antibes du PCF a été, une nouvelle fois, l'occasion de rencontrer la misère, ces gens en procédure d'expulsion locative, qui disposent d'une retraite insuffisante pour payer des loyers au montant scandaleux.

La Côte d'Azur, à quelques kilomètres de la vallée de la Roya où des hommes et des femmes font preuve d'humanité face à une répression digne d'un autre temps, dans les années 30, les habitants de la Roya aidaient les antifascistes Italiens à se réfugier, déjà, ils étaient montrés du doigt "car on n'aide pas les macaroni". Pour l'instant, les réfugiés qui meurent écrasés par des véhicules sur l'autoroute du soleil ou par des trains sur les voies ferrées, de froid dans les montagnes, ne sont pas comptabilisés dans le décompte macabre des morts de pauvreté... Il est vrai qu'ils meurent au milieu d'un territoire quadrillé par les forces de l'ordre, en sécurité !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSTRIC 11/01/2017 11:04

Des locaux ou des structures pour recevoir des SDF à Nice et/ou sur la Cote d'Azur ça va pas être possible et personne n'y songe, chez les voisins oui, mais pas chez eux, ça donnerait envie de rire si malheureusement il ne s'agissait de personnes vivant dans l'extrême pauvreté dont on parle et ces personnes il faut qu'elles ne comptent que sur elles ou sur les gestes d'entraide de quelques autres personnes qui veulent bien les secourir , c'est ça notre beau pays chacun pour soi