Pourquoi je ne voterai pas à la primaire du PS

Publié le par Gérard PIEL

C'est la deuxième fois que l'on me pose la question : pour qui voter à la primaire du PS ?

- Pour personne.

Les stratèges qui tentent d'expliquer qu'en privilégiant tel ou tel candidat, cela sera plus facile pour Jean-Luc Mélenchon oublient simplement la présence de Macron. Lui ne participe pas à la primaire mais il a le soutien du monde de la finance, une bonne partie de la droite et déjà une partie du PS. Peut-être même que la primaire n'est qu'un jeu de dupe et, qu'en dernier ressort, le vote utile permettra au banquier Macron de ramasser la mise.

La déliquescence du PS, la trahison de Hollande, son renoncement, doivent être un déchirement pour les socialistes sincères et je sais qu'il y en a. Voter à la primaire n'est pas leur rendre service. Nous aurons besoin de discuter avec eux, de le faire en toute franchise, le rassemblement passe aussi par là !

Il y a pire, ceux qui disent qu'il faut voter Valls pour éviter que le candidat PS ne soit trop à gauche. ça, je l'ai entendu de la bouche d'un camarade qui, à la précédente primaire, avait voté Montebourg. Il est vrai qu'à l'époque il était adhérent du PS. Moi, je n'ai jamais été socialiste, je ne connais pas les arcanes des courants et des sous-courants. Ce que je vois, c'est des centaines d'adhérents qui ont rendu leur carte (400 dans  les Alpes-Maritimes), plus de la moitié dans les Bouches-du-Rhône, le Var... Ce que je vois c'est Castaner, porte-parole de Macron, qui intervient à l'Assemblée nationale au nom du PS...

La gauche a besoin de clarté !

Nous devons battre la campagne sur nos idées, nos convictions, après la primaire les choses vont se décanter. Par exemple, Hollande ne dément pas qu'il soutiendrait Macron !

Nous avons la chance d'avoir un candidat qui est déjà à un haut niveau dans les intentions de vote. Faisons progresser, gagnons un à un les électeurs y compris ceux et celles qui votaient PS. C'est comme cela que nous reconstruirons la gauche et non avec des pratiques dignes de bacs à sable.

 

Commenter cet article