Estrosi, le gâchis !

Publié le par Gérard PIEL

Depuis qu’il a été élu président de la Région PACA, le premier-adjoint au maire de Nice, président de la Métropole Nice-Côte d’Azur, n’a de cesse de s’attaquer aux TER.
Pourtant, on se rappelle ses discours de campane électorale « laissez-moi six mois pour remettre les TER sur les rails » . Il y a longtemps que plus personne ne croit Estrosi sur parole. Le 2 février, à l’occasion des soi-disant assises régionale des transports, il a dévoilé son plan.

-Remplacer les trains par des cars, pour commencer sur les axes Tende-Breil, Gap-Briançon, Avignon-Orange, Aix-Pertuis !

-La suppression de dessertes mais aussi d’arrêts en gare complètent ces attaques contre le réseau TER.
-La fermeture des lignes pour des travaux (un an entre Cannes et Grasse) qui pourraient être effectués avec un trafic adapté fait aussi partie de la panoplie du casseur.

En 2017, il y aura moins de TER, moins d’arrêts en gare, moins d’usagers, moins de cheminots, voilà le premier résultat de la politique de la droite, le FN votant ces rapports sans broncher.
Pour la première fois depuis douze ans, le budget TER est en diminution, moins 30 millions d’euros qu’Estrosi a transféré pour le Grand prix de formule 1 du Castellet.

Quand le président de droite de la Région PACA reprend les méthodes de Macron, il n’est même pas capable de regarder les résultats pitoyables que cela a donné dans d’autres pays, Angleterre, Allemagne,etc. La désorganisation totale, l’envolée des tarifs, les catastrophes en chaîne… sans oublier la multiplication des accidents de cars.

La gestion Estrosi, les Azuréens connaissent. Il faut lire les rapports de la Chambre régionale des comptes, le stade Allianz Riviera (poursuites judiciaires), la SEMIAC gestionnaire des parkings (poursuites judiciaires), la Ville de Nice alors qu’il était maire et les stations de ski du Mercantour où les averses d’argent public sont plus importantes que celles de neige !

Quand ce sont les intérêts qui priment sur l’intérêt général, cela passe par la casse des services publics, c’est ce que fait Estrosi avec les TER.

A partir de 1998 après les mandats Gaudin-Estrosi, le développement du réseau TER a été au cœur de la politique régionale, de 250 TER par jour nous sommes passés à 700 ! Le matériel roulant a été renouvelé, la plupart des gares rénovées, la réouverture de Cannes-Grasse, d’Avignon-Carpentras, de Pertuis- Meyrargues, le doublement d’Aix-Marseille, les 3e voies Marseille-Aubagne, Cannes-Nice, la Ligne nouvelle, la gratuité pour les scolaires, la carte solidarité Zou. Des lignes qui devaient fermer ont été sauvées Nice-Tende, la ligne des Alpes. On a sorti les Chemins de fer de Provence de la gestion Véolia dont Estrosi veut en faire un opérateur sur le réseau avec sa filiale Transdev !

Voilà ce que veut casser Estrosi en s’appuyant sur la Direction de la SNCF qui s’applique à permettre l’ouverture à la concurrence.

Les services publics sont un bien commun de la nation, ne laissons pas les petites mains politiques permettre l’accès aux grands groupes financiers qui n’ont rien à faire des usagers et des cheminots.

Ensemble, avec les associations, les syndicats, les citoyens, nous pouvons résister, lancer une nouvelle bataille du rail. Mettons en place, partout dans la région, des collectifs de défense du transport public.

Participons aux assises de Miramas le 3 mars sur le fret.
Signons la pétition « Ne remplaçons pas les trains par des cars sur la Région PACA » déjà 5 000 signatures sur change.org : Cliquer ICI

Publié dans Transports

Commenter cet article