11 juin, un vote de résistance

Publié le par Gérard PIEL

Dimanche, vous prendrez quelques minutes pour aller au bureau de vote. Devant ce que prépare Macron et ses sbires, il est indispensable d’élire des députés qui s’affichent de gauche, qui ne sont ni l’hologramme d’un gourou national ni le clone d’une cheftaine raciste et antisociale.
Sur la 7e circonscription, les professions de foi sont parlantes, seule Cécile Dumas annonce la couleur. Elle ne reprend pas une circulaire nationale où les candidats n’ont droit qu’à des photos minuscules laissant la place au chef, recto-verso.
Avec Arnaud Delcasse, ils parlent de la vie des femmes et des hommes de notre territoire, des 16 % qui vivent avec des revenus en dessous du seuil de pauvreté, de celles qui risquent l’expulsion locative, des locataires qui reçoivent des appels de charges injustifiés, des postiers qui n’en peuvent plus des pressions de la direction…
Hier soir, nous étions au lancement du festival Déantibulations, l’accueil a été encourageant. Cécile Dumas et Arnaud Delcasse ne sortent pas du formol tous les cinq ans, ils ne changent pas d’étiquette en fonction de la mode du moment. La secrétaire départementale du PCF, conseillère municipale d’Antibes, et le secrétaire de la section du PS, acteur de l’économie sociale et solidaire, agissent en continue sur la circonscription.  Quand Garcia, l’homme à tout faire d’Allemand, veut interdire Arnaud d’afficher son appartenance, il rejoint quelque part les badigeonneurs de FI qui affublent nos affiches d’un PS qui, il faut le souligner, y figure déjà. A tout prendre, je préfère ce tag au portrait du candidat de FI !
Ne vous trompez pas, votez pour des candidats qui ont été, sont et seront à vos côtés.
Il faudra résister dès le 19 juin !

Publié dans Elections

Commenter cet article