Tous ensemble

Publié le par Gérard PIEL

Dans les manifestations, les militants scandent régulièrement « tous ensemble ». Bien sur, ce mot d’ordre est consensuel et permet un certains succès à celles et ceux qui le portent, tous ensemble avec les salariés qui luttent contre les fermetures d’entreprises, tous ensemble contre la droite, pour le droit au logement pour tous… Tous ensemble le 29 janvier, le 19 mars, le 1er mai… mais certainement pas le 7 juin pour faire gagner le Front de gauche face à la droite, à ses extrêmes et aux représentants du PSE !
Pour le NPA, on peut manifester ensemble mais il faudrait porter les mêmes propositions de changement de l’Europe séparément !

Que je sache, il n’y a pas de grande différence entre ce que porte le parti d’Olivier Besancenot et le Front de gauche; changer d’Europe, retrait du Traité de Lisbonne, SMIC européen, défense des services publics, régularisation de tous les sans papier.
Et puis si le NPA a des élus, ils siégeront avec qui, le PSE de Zapatero et Aubry, les écolos de Cohn-Bendit ou la Gauche unitaire européenne?

C’est bien une erreur historique que vont devoir assumer les dirigeants du NPA. Erreur que n’ont pas voulu faire 15% de ses militants avec Christian Picquet et Armand Creus qui subissent l’exclusion du parti d’Olivier Besancenot. Drôle de façon de construire un nouveau parti en utilisant les vieilles méthodes que je croyais révolues. La sanction administrative plutôt que le débat et la conviction.

Mais puisque 15% des adhérents du NPA  ont fondé la Gauche Unitaire pour rejoindre le Front de gauche, ne perdons pas espoir.

Car c’est bien de cela dont il est question l’espoir, l’espoir pour la gauche antilibérale, celle qui a fait triompher le Non le 29 mai 2005, de construire un nouveau front populaire avec le Parti de Gauche, le PCF, de nombreuses et nombreux militants de gauche y compris du PS, des citoyens, des personnalités comme Denis Sieffert, le directeur de Politis ou Ignacio Ramonet du Monde diplomatique ou encore Bernard Cassen fondateur d’ATTAC. Toutes et tous nous voulons un autre rapport de force à gauche, que la vraie gauche devienne majoritaire !

Pour cela il faut se rassembler et non s’isoler dans une posture médiatique erronée et catastrophique pour celles et ceux qui subissent la politique de Sarkozy, pour celles et ceux qui résistent et luttent Tous ensemble.

Alors quand on nous dit que ce rassemblement est impossible à moins de signer un engagement pour les prochaines élections régionales, le peuple de gauche ne comprend plus. Les dirigeants du NPA mélangent allégrement deux élections différentes, refusent en réalité que le rassemblement qui pouvait se faire le 7 juin 2009 influe positivement sur les élections régionales de 2010.
Un rassemblement large, une campagne unitaire comme celle de 2005 pour le Non, cela permettrait de réaliser un score important et changerait le rapport de force avec le PS. C’est cela que ne veulent pas les dirigeants du NPA, voila leur erreur, lourde de conséquence. D’ailleurs les récents sondages ramènent la campagne médiatique de Besancenot  à un étiage modeste.
Alors même si le rassemblement du Front de gauche n’est pas parfait, même si Besancenot et ses amis s’y refusent, il est le seul front qui, à gauche, permet à des militants d’horizon divers, politiques, syndicalistes, associatifs, de se rassembler.
Parce qu’il a toujours fallu des précurseurs, nous sommes celles et ceux qui construisent le nouveau Front populaire au-delà, c’est bien d’une gauche majoritaire qu’il s’agit. C’est cet adjectif qui semble gêner Besancenot et le NPA.

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sd 30/05/2009 11:27

Bonjour et merci pour votre réponse.Un de vos camarades admet qu'il y avait 600 personnes, mais j'ai réellement cru en compter 500 en multiplant les rangées. Ce n'est pas bien grave.Concernant votre point de vue il est subjectif. Il y a l'inverse des militants PCF déçus par la campagne du Front de gauche : http://www.lariposte.com/Les-faiblesses-du-Front-de-gauche-1188.htmlQuand on voit la position du directeur de l'huma, par ailleurs tête de liste du Front de gauche à Paris, qui souhiate se rapprocher du PS et quand je lis votre avis sur cette question je me dis que ce n'est pas gagnée la "grande union". Il faudra à un moment donné que le PCF arrive à lâcher le PS pour véritablement construire une alternative à gauche quitte, dans un premier temps, à perdre des élus. Mais vous ne semblez pas sur ce chemin et vous préférez dépensez plus d'énergie à dire que le NPA et si, le NPA et ça... et vous oubliez finalement de taper sur les dérives sociales et sécuritaires de la droite...

sd 21/05/2009 00:15

Vous êtes le Monsieur qui tapait sans cesse sur le NPA au meeting ! Marquante votre intervention. Pourtant vous êtes un élu à l'origine d'un accord local avec l'ancienne LCR non ? Mais peut-être qu'un parti "bien" c'est un parti qui suit vos idées... tout simplement ?! Car dans la rue je vois des militants du PC, du NPA, ... et ils se parlent, ils chantent "tous ensemble". Mais pour être des "bons militants" ils devraient tous être au Front de gauche. Vous devriez faire un article sur vos camarades du PCF qui ont critiqués le Front de gauche et appellent à voter "contre" en sous entendant "pour le NPA.

Gérard PIEL 21/05/2009 09:27


Je vous remercie pour vos compliments quant à ma prestation au meeting du 19 mai dans une salle de 1000 places où 200 sièges étaient vides cela fait bien 800 participants.
Je ne passe pas mon temps à taper sur le NPA. Croyez bien que la désunion qu’il a choisie me navre et que je trouve que ses dirigeants ont pris une grave responsabilité.
J’ai été élu sur la liste de « La gauche et l’écologie » composée essentiellement d’hommes de femmes non encartés, de militants non communistes et d’une militante de la LCR qui été 4e sur la liste
et qui n’a malheureusement pas été élue.
Quant aux européennes, reconnaissez que si la gauche avait été rassemblée, je parle de la gauche qui va de la gauche du PS jusqu’au NPA, on pouvait atteindre et dépasser les 20% et que nous
changions le rapport de force avec le PS y compris pour les élections régionales qui semble-t-il sont la cause du refus du NPA.
Alors effectivement dans nos meetings, nos réunions publiques, nos camarades du NPA, de la Gauche unitaire portent cette volonté de l’union. J’étais hier à Marseille avec Armand Creus qui est sur
la liste du Front de gauche et qui me disait les retours de plus en plus importants de ses camarades du NPA appelant à voter pour le Front de gauche.
Je vous renvoie aux sondages qui démontrent que seul le Front de gauche est en progression, c’est ce que je constate tous les jours dans les rencontres et les réunions que nous organisons et puis
si vous avez un peu d’influence auprès de vos camarades du NPA je souhaiterais l’organisation d’un débat avec votre candidat du 06 afin que nous puissions publiquement exposer nos positions.



vacher 15/05/2009 10:11

chers amis qu ' est ce qu ' 1 inactif ?  j ' espére que les empéchés d' activité n ' ont pas qu ' 1 droit celui de rester à la rue si impossibilité de payer ds le logement privé  cruel dilemne !amitiés de c. v.

Bi 13/05/2009 16:42

Merci pour cette réponse qui me fait presque pleurer lorsque je lis que la gauche molle comme vous dites, se met en concurrence avec la droite dure sur ce terrain là, je ne peux pas développer ici un argumentaire quant à ce que j'ai vécu dérnièrement quant à une promesse d'aide à l'obtention au logement social qui a mal tourné, ou puis-je vous adresser un courrier manuscrit?

Gérard PIEL 14/05/2009 09:07


Vous pouvez m'écrire au 10 avenue Pasteur 06600 ANTIBES


bi 12/05/2009 14:11

qu'est ce donc "le logement pour actifs"?

Gérard PIEL 13/05/2009 15:09




Logement pour actifs : c'est ainsi que la droite et la gauche molle nomment les logements sociaux, ça passe mieux dans leur petite bouche fragile !