O.I.N. Débat au Conseil régional

Publié le par Gérard PIEL

Vendredi 10 juillet, à l'occasion de la plénière du Conseil régional, je suis intervenu pour le groupe communiste afin d’expliquer notre position au protocole de l’O.I.N.
Le vote au scrutin public a donné 65 voix pour, 32 contre dont les 22 élus communistes, 7 écologistes et 3apparentés socialistes.
A noter que pour le 06, les conseillers régionaux socialistes et André Aschieri ont voté pour le protocole.

L'intervention de notre groupe:
Le groupe communiste a approuvé dans cet hémicycle la création de l’OIN de la vallée du Var, nous pensons qu’il y a besoin de remettre de l’ordre sur ce secteur des Alpes-Maritimes au développement anarchique depuis plus de vingt-cinq ans mais nous avions dit dans notre intervention que nous serions attentifs à ce qui se préparait. Nous avions aussi indiqué notre volonté de voir se construire un projet partagé avec la population, avec les élus locaux. Nous avions souligné notre inquiétude de voir à la manœuvre les mêmes, la droite locale, qui gèrent ce département depuis des décennies.
Ce protocole ne nous convient pas. Il a été élaboré sans concertation, ni avec la population ni avec les élus locaux.
Quid de notre demande du comité des maires.
Quid de la participation de la Chambre d’agriculture au Conseil d’administration.
Quid du grand débat public.
Ce protocole porte la volonté de compétition entre les territoires et entre les hommes.
Cela commende d’ailleurs de la pire des façons en dépouillant Sophia Antipolis de l’entreprise Schneider, 380 emplois et une nouvelle friche à Sophia Antipolis.
Ce protocole grave dans le marbre le grand stade, le centre de conférence sans aucune espèce de débat public.
Ce protocole ignore la question de l’eau (du fleuve et de la nappe phréatique) de l’énergie, des déchets dans ce département dont le Conseil général est incapable depuis une décennie de mettre en place un schéma de gestion et de tri.
Ce protocole évoque en quelques mots la question prioritaire pour les Alpes-Maritimes du logement et en particulier du logement social qui est sinistré.
Enfin, nous constatons actuellement la voracité de la CUNCA et de son président qui casse les communautés de communes afin de les absorber, qui à coup de poste de sénateur ou de député européen récupère les villages des vallées des Alpes-Maritimes. Ce comportement hégémonique ajouté à l’OIN préfigure la métropole Nice – Côte d’Azur et cela nous n’en voulons pas.

Publié dans Conseil régional PACA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article