J-19

Publié le par Gérard PIEL

7h15 sur le quai de la gare de Mouans Sartoux avec une quarantaine de personnes, travailleurs, scolaires, j’attends le TER de 7h22. Il arrive de Grasse à l’heure mais sale, cela doit faire quelques jours que l’entretien extérieur n’a pas été effectué.

Quelques adhérents des « naufragés du TER » me reconnaissent, avec certains nous échangeons un salut mais avec d’autres la discussion s’engage : gratuité, gare de Mouans Sartoux, sécurité dans les trains… bizarrement aucune interpellation sur les grèves ! Dommage que Thierry Mariani ne soit pas avec moi dans cette rame.

Petit à petit le train se remplit, presque totalement à Cannes. Dans chaque gare du littoral des usagers montent à bord avec le tract distribué par les militants du Front de Gauche.
A partir de st Laurent du Var, j’échange avec deux cheminots, ils souhaitent avoir des précisions sur la gratuité : qui va payer ? Comment ?
Décidemment, cette proposition juste socialement et écologiquement, fait débat. Utopie, trop idéaliste, non, nous sommes au contraire concrets et bien dans la réalité. Quand nos anciens se sont battus pour l’éducation gratuite, pour la santé gratuite, cela est vite rentré dans les mœurs et depuis, la droite essaie par tous les moyens de casser ces avancées sociales.
Quand la Région a pris en charge les livres et les mallettes pédagogiques dans les lycées, la gratuité a aussi été discutée.

Arrivé à Nice, je rejoins les militants du Front de Gauche qui distribuent le tract avec ma collègue Eliane Guigo et les deux conseillers municipaux, Robert Injey et Emmanuelle Gaziello… l’accueil est très bon.

9h30, conférence de presse avec Nice-Matin, France Bleu, RCF, Métro, Radio Azur, le Patriote, la Tribune… l’intérêt des médias est aussi important.

10h39, retour sur Antibes. 10 minutes de retard pour le TER car un TGV n’a pas d’agent de conduite !

11 h – Antibes, je profite d’être sur place pour aller constater l’avancée des travaux pour les ascenseurs de la gare.

12h, Francis Wurtz arrive de Marseille où il était en débat la veille, après nous partons au CHU de Nice où les salariés sont en grève.

14h, raté, les agents d l’hôpital ont repris le travail… heureusement, les militants avec Eliane Guigo, Adeline Mouton et Emmanuelle Gaziello étaient présents avec eux.

16h, pause au 10 avenue Pasteur où le journal de la CASA est plié avec déjà des équipes de distribution qui sillonnent la ville.
Notre journal a été rédigé par les candidats et leurs soutiens, distribué par les militants tandis que vous avez reçu la propagande de Mariani par la Poste, sous pli (comme les impôts). Il a des bienfaiteurs Mariani !

18h, Carros, réunion publique sur le thème de la Méditerranée et de la Palestine. Nous sommes entourés des deux maires, Emile Tornatore et Jean-Pierre Testi, avec Philippe Gandin, candidat pour la Gauche Unitaire et Jean Cavalaro des CP et conseiller municipal de Carros.

Deux heures trente de débat où Francis Wurtz fort de son expérience de député européen, de ses nombreuses visites en Palestine, à Gaza, explique le drame palestinien.
Dans la salle Pierre Barbancey, grand reporter à l’Humanité, revient d’un séjour à Gaza, il témoigne.
Pour ma part, j’explique le désaccord avec nos collègues socialistes sur la différence de traitement antre Haïfa en Israël et Khan Younis en Palestine. Nos accords de coopération n’ont pas le même poids. Le Front de gauche travaillera avec ses élus à rétablir un équilibre, à aider les associations de coopération avec la Palestine.
Nous voulons et nous agissons pour un état Palestinien !

Comme à chaque réunion, il est difficile de nous quitter, les discussions continuent malgré le froid….

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bordet 26/02/2010 10:47



Bonjour M. Piel,
Juste pour vous dire que le courrier de Mariani, que j'ai quand même ouvert(!) est parti directement à la poubelle quand j'ai aperçu le mot "ump".
Le soir la poubelle près des boites aux lettres regorgeait de sa prose dont beaucoup de lettres n'avaient pas été ouvertes.
Mes occupations et soucis ne me permettent pas de participer à votre campagne mais sachez que je défends votre liste et quoi qu'il en soit, vous aurez ma voix.
Courage et persévérance vous conduiront au but, félicitations pour ce que vous faites.
Salutations cordiales


François Bordet