La France pays des lumières !?

Publié le par Gérard PIEL

Avec Nicolas Sarkozy, notre pays touche le fond. Ce personnage, plus proche d’un comique troupier que de la fonction qu’il occupe, restera célèbre par sa phrase « casse-toi, pauvre con ». Evidemment, cela le place dans l’histoire de France entre le « merde » de Cambronne et le « que d’eau, que d’eau » de Mac-Mahon.
Le favori des patrons a réduit le rôle du président de la République à servir et servir ses copains.

On est scandalisé par Ben Alliot Marie qui a utilisé le jet privé d’un membre de la camarilla à Ben Ali pour aller se dorer la pilule au soleil de Tabarka. Mais lui, le petit président, qu’a-t-il fait une fois élu : huit jours sur le yacht de Bolloré tous frais payés.
Rentrant de vacances offertes, Ben Alliot Marie a, illico presto, proposé l’aide des CRS à la police tunisienne, oubliant que le R de CRS veut dire Républicain !
Par la même occasion, le gouvernement français envoyait deux tonnes de grenades lacrymogènes au dictateur.

En France aussi, la bande à Sarkozy montre tous les jours ses choix pour le plus grand profit des plus riches.

Que dire des CRS qui ont effectué une grève de la faim ?
Que dire de Jean-François Copé, espèce de trader politique, qui considère que 1% de TVA en plus, ce n’est rien ? Copé, il ne vit pas comme nous…

Que dire de Carla – Sarko qui ne se sent plus de gôche et qui fait ainsi la une des journaux ?

Que dire de ce patron de banque, Georges Perol, Pdg des Caisses d’Epargne qui s’est octroyé 2 millions d’euros en 2010 ?

Gageons qu’il appartient au cercle des mécènes de Sarkozy réuni dans un grand hôtel parisien le 25 janvier autour du petit président qui tend la main pour financer sa prochaine campagne électorale.

On ne sait pas si Jean Servier, le patron des laboratoires qui ont vendu le médicament mortel « le mediator » en était ? Lui qui arbore la légion d’honneur remise par le petit président.

Pendant ce temps, la Fondation Abbé Pierre a recensé 10 millions de personnes en mal logement, des agents de La Poste rejoignent ceux de France Télécom-Orange en nombre de suicidés, les policiers promis au commissariat d’Antibes ne sont toujours pas arrivés, un schizophrène est embauché (par annonce) par l’Education nationale en manque d’enseignants, notre pays se désindustrialise à grande vitesse, la précarité est devenue la norme et les grandes avancées : Sécurité sociale, les droits au Travail, au logement, à la démocratie, disparaissent avec le régime UMP.

Alors, indignez-vous, résistez, dites non et votez !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article