Les casseurs d’œufs

Publié le par Gérard PIEL

 

Hier soir, les producteurs d’œufs en ont cassé 100 000 !oeuf

Une nouvelle fois ces industriels de la malbouffe dénoncent pêle-mêle les impôts, l’Europe, les prix qui baissent, etc. Mais ces gens-là ne remettent pas en cause la loi du marché. Ils se rendent compte, comme d’autres, que ce sont les grandes surfaces et derrière elles les grands groupes financiers qui font la loi de l’omelette.

Est-ce qu’ils se posent la question de produire autrement, de faire de la qualité, des respecter les animaux ?

Est-ce qu’ils savent que des millions (8,3 millions) d’hommes, de femmes et d’enfants (sur) vivent dans notre pays avec des revenus en dessous du seuil de pauvreté ?

Que pensent-ils des dizaines de millions d’êtres humains qui ont faim et dont beaucoup meurent faute de nourriture ?

Ce sont les mêmes ou leurs semblables qui ont crié au scandale quand l’Europe a réduit les aides financières qui leur permettent d’écouler leur stock de poulets invendus (les bas morceaux évidemment), ce qui empêche depuis des années, en particulier en Afrique, de créer des filières de proximité.

Alors, au lieu de casser des œufs, que messieurs les pontes de l’agro-alimentaire commencent par respecter leurs salariés et qu’ils produisent autrement.

Pour ma part j’achète mes œufs par l’intermédiaire d’une AMAP. Ils sont produits à Saorge par « la Coleta » et ils sont excellents. Les poules et le producteur se portent bien !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jo benchetrit 11/08/2013 07:46


Le supplice des poules dure entre 1 an et 2. Les poules en cage produisent plus de 90% des oeufs
consommés en France. Elles ne sortent de leur cages que pour un parfois TRES long voyage sans boire ni rien, dans une caisse, où les malheureuses sont à nouveau empilées pour aller dans un
abattoir. La mort ne sera pas tendre non plus. Souvent mal étourdies car elles lèvent la tête vu qu'on les ligote par les pattes sur la chaine qui mène au Dieu Thanatos, mal égorgées, mal tuées,
elles finissent alors vivantes dans un bac d'eau bouillante comme les autres oiseaux.

Ces gens sont juste à vomir, de revendiquer qq. chose pour eux alors qu'ils seraient avec les autres bourreaux très bien à
leur place à l'ombre. Mais ça n'exonère pas les consommateurs qui paient le moins cher possible les  tortionnaires et tueurs à gage. Ni un état qui les subventionne. Ni une loi
laxiste.       
http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/article-les-eleveurs-casseurs-d-oeufs-nous-les-brisent-la-justice-condamne-l124-pour-images-sur-l-horreur-d-119481582.html