Quand le racisme se banalise

Publié le par Gérard PIEL

 

Il en aura fallu du temps au 1er ministre pour réagir et soutenir Christiane Taubira cible de la réaction. Que dire du silence du président de la République ?

 

«Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde" disait Berthold Brecht.

 

Revoilà la France rance, la France moisie qui parade sur les Champs Elysée et revoilà des unes de la presse d’extrême-droite dignes de « je suis partout » de la pire période de la collaboration avec les nazis.

 

Minute, Valeurs actuelles sont les vecteurs de la peste brune…  Le FN, l’UMP, le patronat en sont les initiateurs. Ils ont bien compris que ce président de la République, que ce gouvernement sont inertes face à la réaction.

 

Seul Manuel Valls joue son rôle de ministre de l’Intérieur avec zèle concernant les sans-papier, les Roms ou les travailleurs en lutte mais les fachos et les casseurs bretons n’ont rien à craindre !

 

Dans notre région, la consanguinité entre FN et UMP est bien présente. Il suffit d’assister à une séance du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur pour constater la proximité entre les élus de droite et ceux de l’extrême-droite. Des élus UMP n’hésitent pas à rejoindre le FN comme le maire de Malaussène, Jean-Pierre Castiglia, dans les Alpes-Maritimes pour la seule raison d’être candidat aux élections cantonales.  Que dire de la décolorée encartée  au RPF et à l’UMP qui a fait la Une des médiacrates le 11 novembre sur les Champs Elysée ?  Liane d’Argelier tient les deux bouts, celui de Copé avec qui elle pose pour les photographes et celui de Vardon, le chef des identitaires, sans compter le bout des Tabarot, frère et sœur.

 

Le racisme et la xénophobie servent de liant à tous ces mouvements, à cette droite qui s’imbibe de l’idéologie extrémiste depuis les manifs pour tous.

 

L’entrisme de quelques groupuscules dans des mouvements (écotaxes, rythmes scolaires) leur permet de recruter sur un terrain favorable.

 

Plus que jamais ne laissons rien passer. Le racisme est un délit pas une pensée !

 

 

De Christiane Taubira aux Roms, des sans-papier à Léonarda, c’est une idéologie qu’il faut combattre. C’est avec des propos comme ceux de Manuel Valls pour les Roms, des comportements comme ceux des manifestants d’Angers, des affirmations dans la presse et toute la vulgate Lepéniste qu’il faut éliminer, ne pas faire de quartier, pas de fachos dans nos quartiers !

 

Commenter cet article