Turin, 2 décembre 2009

Publié le par Gérard PIEL

une rencontre importante pour la ligne Cuneo – Vintimille

J’ai rencontré mes deux homologues italiens, Daniele Borioli, assesseur des transports de la région Piémont, et Enrico Vesco, assesseur de la région Ligurie, participaient également à la réunion Franco Revelli, maire de Limone, Véronique Vouland Areïni, consul général de France à Turin. La SNCF et RFI (réseau ferré italien) étaient représentés.

Avec mes deux collègues italiens, nous avons cosigné un document qui sera adressé sous forme de courrier par les trois présidents de Région aux deux gouvernements. Voir ce texte.

Pour l’urgence, risuqe de rupture de charge à Breil le 13 décembre 2009, nous demandons une dérogation de service à l’agence de sécurité italienne, dans ce cas la SNCF maintiendra ses équipements.

Pour la convention de 1970, nous demandons aux deux gouvernements de l’actualiser.

Nous avons décidé d’un groupe de travail au niveau des directeurs transports pour travailler :
- à une meilleure desserte Cuneo – Breil – Vintimille et Cuneo – Breil – Nice,
- àune tarification commune,
- à l’homologation des trains.
Cela devra se faire par une nouvelle session Calypso dans le cadre du projet européen Alcotra.

Publié dans Transports

Commenter cet article

Frédéric LAUGIER 29/12/2009 10:30


   La rupture des relations ferroviaires entre Nice et le Piemont était préméditée de longue date par les deux exploitants concernés: aucun n'a entrepris de démarches pour faire
homologuer ses nouvelles rames sur le réseau du voisin. De fait, à compter du 13 décembre, les usagers ne voient plus que du matériel moderne climatisé dernier cri, mais qui ne peuvent se rendre à
Nice (Minuetti italiens) ou à Cuneo ( AGC français).
    Le plus simple ne serait-il pas de revenir à la bonne vieille méthode des rames tractées, comme avant guerre, qui changent de locomotive à  la frontière? Le Conseil Régional
PACA peut se renseigner auprés de la SNCF sur la disponibilité de voitures Corail aptes au service international ( plusieurs dizaines sont sans emploi  depuis la mise en service du TGV Est),
et persuader son exploitant de détacher à Nice 2 ou 3 locomotives BB 67 400, engins diesels basés à Marseille pour la desserte de la Côte Bleue mais dont les  2400ch seraient mieux utilisés à
tracter un express Marseille - Turin dans la vallée de la Roya. Ce train serait repris à Limone, gare-frontière, par une motrice électrique italienne.
    Celà dit, il est quand même lamentable de constater que l'on n'a jamais autant supprimé de relations ferroviaires internationales depuis que nous nous sommes lancés dans la
construction de l'Union Européenne.

F. LAUGIER
Secrétaire Général de la FNAUT PACA
(Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports)
 


un decu du ferroviaire en PACA 03/12/2009 19:50


paroles paroles     comme d'habitude, alors que le lievre a été levé il y a plusieurs mois, on attends juste 2 semaines avant la date butoir, pour .... RIEN FAIRE une fois de
plus. on demande une énième dérogation sans solutionner le probleme...