UTP – GART : débats et luttes

Publié le par Gérard PIEL

Les rencontres du transport public se déroulent à Nice, La 1ère journée m’a donné l’occasion de débattre avec JL Fousseret, maire de Besançon ; Bernard Rivalta, président du syndicat des transports de l’agglomération lyonnaise, tous les deux élus PS ; de Charles Eric Lemaignan, 1er adjoint au maire d’Orléans UMP et de Bruno Faivre d’Acier, professeur d’université.

La confrontation a permis de voir les différences, les désaccords, entre un élu UMP qui ne voit que la mise en concurrence et la productivité et des élus PS qui tout en lisant le discours portent les mêmes exigences y compris en insistant sur « le coût » des salariés ! Je comprends mieux pourquoi il y a eu une grève dure à Lyon.

J’ai été le seul à refuser comme acquise la réforme territoriale qui convient à mes trois interlocuteurs et à proposer de nouvelles pistes de financement : augmentation du versement transport avec une part pour les régions, participation des sociétés autoroutières, amendes des radars routiers pour les transports collectifs. J’ai été le seul aussi à défendre le service public.

Un peu plus tard avec Adeline Mouton, ma collègue conseillère régionale et avec Robert Injey, conseiller municipal de Nice et Cécile Dumas, conseiller municipal d’Antibes, nous avons rencontré les cheminots SNCF, ceux des Chemins de fer de Provence, les traminots qui manifestaient devant Acropolis.. Là aussi aucun collègue UMP, Vert ou PS alors qu’ils étaient à l’intérieur.

Des cheminots de Miramas à ceux des CP, il y a bien une identité de vue sur la régression imposée par le libéralisme, ultra avec Sarkozy qui supprime des milliers d’emplois et provoque des reculs sociaux catastrophiques, social avec ces élus socialistes qui prônent la mise en concurrence du ferroviaire, la privatisation du rail !

Publié dans Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article