Elections sénatoriales (suite)

Publié le par Gérard PIEL

Le renouvellement d’une assemblée qui ne sert à rien aura été l’occasion de montrer une nouvelle fois la fascination des médias pour l’extrême-droite. L’arrivée au Palais du Luxembourg de deux fachos aura été la seule nouveauté relevée par les médias. Pourtant, ces deux personnages ne vont jouer aucun rôle dans cette assemblée. Croyez-vous que la presse ait relevé le cumul des mandats pour les deux (maires et conseillers régionaux) ? Non, la seule info est la jeunesse du maire de Fréjus ! Comme quoi on peut être jeune et voué à une idéologie moisie !

Dans notre département, c’est une quarantaine d’élus de droite qui ont voté FN. Là aussi les ponts sont jetés. Il suffisait de voir l’accueil chaleureux fait à l’ancien maire de Malaussene qui a rejoint le FN par ses anciens camarades de l’UMP !

Pour la liste officielle de ce parti, le calice se boit jusqu’à la lie. Les noms d’oiseaux fusent avec Ciotti et Tabarot, les non votants (40) sont pointés et soulignés, la chasse aux traitres est ouverte. Ceux qui ont voté Bettati ou Daunis n’ont qu’à numéroter leurs abattis.

Nice-Matin a préféré ne retenir qu’un petit bout de la discussion que nous avions eu plutôt que de publier notre communiqué. Je confirme que l’élection de Marc Daunis ne réjouit pas les femmes et les hommes qui veulent une politique alternative de gauche. Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, Daunis a été un fidèle soutien du libéralisme, votant toutes les lois antisociales comme il a validé la prochaine loi de la Sécurité sociale ou le budget 2015 de l’Etat.

Cela n’est pas de gauche, au contraire, c’est ce genre de comportement qui favorise la montée de l’extrême-droite.

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article