Elections sénatoriales, plus que trois jours

Publié le par Gérard PIEL

Dimanche les 1 815 grands électeurs auront le choix entre 8 listes pour élire à la proportionnelle les 5 sénateurs des Alpes-Maritimes. Cette abondance de listes dont 5 de droite et d’extrême -droite, ne rend que plus incompréhensible et dommageable la décision de la direction fédérale du PS de refuser le rassemblement de la gauche et des écologistes derrière André Aschieri.

A la lecture des professions de foi et des listes des candidats, on ne peut que regretter ce refus dont les considérations n’ont rien à voir avec la gauche, l’écologie, le rassemblement, la résistance mais plutôt avec tripatouillages politiciens, débats internes, ego surdimensionné.

A droite, on peut constater aussi la difficulté à rassembler. La 4e place de Marguerite Blazy dont les compétences politiques n’apparaissent pas et c’est peu de le dire, dans sa responsabilité du logement à la CASA, peut permettre à cette adjointe de Jean Léonetti de se retrouver sénatrice, cela ne relève pas cette fonction !

Emile Tornatore conduit la liste qui est la seule à se réclamer de la gauche et de l’écologie. Avec lui, c’est les grands projets mégalomanes de Christian Estrosi qui sont contestés, c’est la défense des services publics qui est mis en avant, c’est la résistance à la droite et à Sarkozy qui sert de fil rouge.
Malheureusement, la lecture de la profession de foi de la liste PS n’apporte pas cette clarté et cet engagement. Une seule fois le mot gauche apparaît collé à sensibilité, ne sont jamais évoqués la Communauté urbaine de Nice, l’opération d’intérêt national de la vallée du Var, le projet de golf de Grange neuve au-dessus de Grasse, etc.

Dimanche, la seule liste qui permettra de voter en toute connaissance de cause par un ancrage à gauche, c’est la liste citoyenne pour la gauche et l’écologie.

Créons la surprise, construisons l’avenir.

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article