De la haine du FN à la complaisance des médias

Publié le par Gérard PIEL

De la haine du FN à la complaisance des médias

Vendredi 16 octobre dernière séance plénière du Conseil régional avant son renouvellement, ma dernière séance après 23 ans de mandat commencée à 8h20 à Marseille et finie à 1h samedi matin !

Entre temps, 120 dossiers en plénière et plus de 400 en Commission permanente mais aussi les adieux de Michel Vauzelle, un cirque médiatique et servile de la presse nationale descendue de Paris pour voir la maréchale Le Pen, BFM étant la plus zélée avec une dizaine de collaborateurs qui n'ont jamais si bien mérités cet adjectif ! Mais aussi un flot d'insultes des élus FN avec à leur tête le cacochyme qui a parlé pour la première fois depuis 5 ans. Parler est peut-être exagéré disons plutôt éructé, crachoté des propos orduriers et racistes pour finir par demander à ses affidés de se coucher devant sa descendance. D'évidence c'est raté sauf que les fameux médias n'ont eu de cesse de répéter toute la journée la propagande extrémiste.

Par contre, vous n'avez ni entendu, ni vu, ni lu que le FN et la droite n'ont pas voté la décision modificative du budget où se trouvait l'aide aux sinistrés des Alpes-Maritimes et le report d'un an du remboursement du prêt à Nice-Matin.

La bande de fachos qui siègent à l'extrême-droite m'a rendu hommage à sa façon, au-delà des insultes basiques j'ai eu droit à quelques perles fascistes (Staline, va voir en Corée du nord, sale rouge, traître…) Bon, venant de l'élu le plus condamné de France (Le Pen), de son porteur de valise de lingots d'or (Gerin) d'un turifaire de l'OAS (Comas), je prends cela comme l'hommage du vide à la vertu.

J'aurais du me douter qu'en rappelant les accointances entre Le pen et Tapie en 1992 ou en questionnant sur le gène du racisme et de la xénophobie qui se transmet chez les Le Pen, j'aurais du me douter qu'en rappelant les nombreux contrôles de la Chambre régionale des comptes pendant les trois mandats de la majorité aucun élu du FDG, aucun élu communiste n'a jamais été cité ni inquiété ! Je parle d'éthique, de loyauté, de confiance face à la meute déchaînée.

J'ai mis en perspective la politique du Conseil régional progressiste répondant aux besoins des habitants de la région et celle libérale et austéritaire du gouvernement socialiste. J'ai rappelé que Sarkozy voulait supprimer les régions.

18 ans de vie politique commune avec Michel Vauzelle. En charge pendant 12 ans des transports ferroviaires de la réouverture de Cannes – Grasse à la régie régionale des Chemins de fer la Provence, de la carte solidarité à l'arrivée du TGV à Marseille, je n'ai pas à rougir de ces mandats.

Je n'oublie pas que Michel Vauzelle a voté non au referendum sur le Traité constitutionnel européen, qu'il a une vision de la Méditerranée éloignée de celle du gouvernement, qu'il prône le rassemblement de la gauche avec de vraies valeurs qu'il a sollicité les citoyens avec une pétition pour défendre les services publics. On est loin, très loin, d'Hollande, Valls, Macron et Castaner.

Jeudi 22 le groupe Front de gauche se réunira pour apporter son soutien à la liste coopérative, sociale, écologiste et citoyenne et pour remercier tous les collaboratrices et les collaborateurs qui n'ont pas compté leurs heures pendant ces cinq années, le premier groupe Front de Gauche dans une collectivité a donné l'exemple qu'un travail collectif, une mise en commun est possible avec fraternité et amitié. La belle équipe solidaire et résistante doit continuer dans le prochain mandat.

Lire en PJ mes deux interventions

Publié dans Conseil régional PACA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article