Droit au logement : l’appel du 18 juin

Publié le par Gérard PIEL


     « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent » (Victor Hugo)



15 h 45

La police fait le siège du siège du PCF.
Une trentaine de personnes sont déjà rassemblées au 10 avenue Pasteur, certaines sont dehors, sur le trottoir (il fait chaud !). Deux véhicules de la police nationale surgissent d’où sortent une escouade d’agents.
Tentative de contrôle de papier et d’intimidation puis, pendant quelques minutes, le siège du siège…
Enfin, nous comprenons pourquoi ils sont là : « Dans la hiérarchie, on s’inquiète de ce que vous allez faire ! » Moralité, la police lit nos blogs.





16 h

Nous arrivons devant les locaux du service logement de la CASA.
Locaux fermés avec cette explication











Nous décidons collectivement, le nombre des militants s’étant accru, de rejoindre la mairie et madame Blazy, vice-présidente de la CASA en charge du logement.


16h15

Nous occupons pacifiquement le hall de la mairie. Cécile Dumas, Denis La Spesa et moi-même rencontrons madame Blazy tout en étant en contact téléphonique avec le sous-préfet.

17h15
Nous sortons de la mairie avec l’engagement d’une table ronde convoquée par la sous-préfecture avec les représentants des agglomérations, des mairies, des grandes villes, des services sociaux, des bailleurs sociaux, des associations oeuvrant dans le logement social.
Auparavant, nous avions déjà fait cette demande par courrier, sans réponse !

Nous avons aussi et surtout fait la démonstration que nous pouvions mobiliser une cinquantaine de personnes en plein après-midi, un jour de semaine. Cette mobilisation va s’agrandir car messages de soutien et contacts ont aussi été nombreux.

Nous exigeons et restons mobilisés pour un été sans expulsion, pour un été du Droit au logement pour tous

Publié dans Logement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claude vacher 19/06/2009 10:19

merci & bravo pour ce que vous avez fait regrets de ne pouvoir m ' y joindre car absent mais je ne vous dit pas à la prochaine car j ' espére utopiquement que ces horreurs  cesseront amitiés & à bientot . claude vacher , de vsa .